Le col du Pourteillou
>>
Accueil
>
A Pied
>
Le col du Pourteillou
Gavarnie-Gèdre

Le col du Pourteillou

Cols et Sommets
Flore
Point de vue et paysages
Moyen
3h30
7,8km
+666m
-666m
Aller-retour
PR
Embarquer cet élément afin d'y avoir accès hors connexion

Au sommet de vastes pâturages lumineux, dominant prairies de fauche et granges foraines, ce col facile offre une vue imparable vers le cirque de Gavarnie.

L'été bat son plein sur le plateau de Saugué, les iris des Pyrénées, les rhinantes et les graminées dansent dans une petite brise montante. Les paysans d'altitude s'affairent à faucher les prés d'abondance, judicieusement irrigués par les ruisselets et les canaux. Au-dessus des granges, promeneurs et randonneurs se lancent sur les tendres pâturages en direction du col de Pourteillou, modeste échancrure titillant d'imposantes falaises de calcaire blanc. Un sésame vers un balcon en pleine montagne, un lieu de quiétude tutoyant les hauteurs de Gavarnie.


Les 4 patrimoines à découvrir
Savoir-faire

Le canal d'irrigation de Saugué

Le plateau de Saugué est un exemple extraordinaire de prairies de fauche. Le plateau est divisé en de nombreuses parcelles appartenant à des propriétaires privés de Gèdre et Gavarnie. Ces parcelles sont délimitées par des murets de pierre. Situées en altitude, ces prairies sont fauchées tardivement, au milieu de l’été. Elles fournissent aux vaches et moutons un fourrage d’excellente qualité pour les longs hivers. De nombreux canaux d’irrigation, toujours bien visibles, alimentent chacune des parcelles. Lors des périodes sèches, ces canaux servaient à alimenter les prairies en eau et à favoriser la pousse des prairies. Très utilisés autrefois, ils le sont de moins en moins de nos jours. L’irrigation des prairies est soumise à autorisation (généralement de début juin à fin septembre). Durant cette période, chaque propriétaire de parcelle se voit attribuer un jour d’irrigation hebdomadaire. Sur Saugué, il y a quelques décennies, il y avait tellement de propriétaires, que la répartition de l’utilisation de l’eau était encore plus stricte : chacun se voyait attribué un créneau horaire de 4h tous les 11 jours pour irriguer sa parcelle (Source : Gavarnie sans le Cirque de Joseph Thirand).
lire la suite
Faune

Le circaète Jean-le-Blanc

Le Circaète Jean-le-blanc a un plumage brun uniforme par-dessus, contrastant avec les parties inférieures qui sont blanches et délicatement mouchetées de brun. Sa tête large et plus sombre apparaît comme disproportionnée par rapport au reste du corps. Le Circaète Jean-le-Blanc vole à une altitude d'une trentaine de mètres lorsqu'il chasse. On peut cependant le voir s'élancer en piqué depuis une hauteur plus importante (jusqu'à 400 mètres) sur une proie. Le Circaète Jean-le-Blanc se nourrit essentiellement de couleuvres. Si elles sont petites, il les capture vivantes et les emporte jusqu'à un perchoir où il les dévore. Si au contraire, la couleuvre est grande, il la tue au sol avec de violents coups de bec, avant de l'emporter. Les reptiles sont saisis à la nuque et tués.
lire la suite
Faune

Le gypaète barbu

Le Gypaète barbu est le plus grand rapace d’Europe. Il est facilement reconnaissable à l’âge adulte grâce à la couleur rouille orangé de son plumage ventral. Ses plumes noires qui encadrent son bec puissant et recourbé, se prolongent pour lui donner l’air de porter une sorte de barbiche. Le reste de son plumage est blanc crème, parfois teinté de roux au niveau de son cou et de sa gorge. Le Gypaète barbu niche en haute montagne, de préférence dans les falaises et les parois rocheuses, entre 700 et 2 300 m d’altitude. Le territoire d’un couple s’étend sur plus 50 000 ha, comprenant des sites de falaises et surtout de grandes zones de pâtures et éboulis où l’oiseau trouve sa nourriture. Le Gypaète barbu contribue à l’élimination des carcasses en montagne. Il assure ainsi une fonction sanitaire dans la nature.
lire la suite
Faune

L'aigle royal

La silhouette de l’Aigle royal est similaire à celle de la buse bien que plus grande. Son bec est court et crochu, avec une extrémité sombre. Il possède un cou large et de longues ailes se rétrécissant à la base. Dans les Pyrénées, l’Aigle royal niche en montagne et construit ses aires dans des parois rocheuses, entre 800 et 2 000 mètres d’altitude. L’Aigle royal chasse souvent à l’affût du haut d’une paroi. Les proies sont prises à l’issue d’un bref piqué soit à terre, soit en vol.
lire la suite

Description

En amont du gîte d'étape, du parking de bout de route du plateau de Saugué (1636 m), emprunter le chemin sur votre droite. Tout de suite, au Y, rester sur le chemin en face pour passer entre une grange et une ruine, puis monter sur le rebord du plateau.

1 - Au niveau d'un canal et d'un petit replat, le chemin continue sur votre droite, dans l'herbe. Bien suivre la trace balisée qui louvoie entre combes et replats herbeux, progressivement en direction de l'ouest.

2 – A proximité d'un abreuvoir (vers 1820 m), quitter le chemin carrossable pour un sentier rectiligne à gauche, grimpant en pied de croupe (large plateau à droite). Le sentier passe un court ressaut, puis glisse à droite vers un nouveau petit plateau (1890 m), avant de remonter en linéaire sur le dos d'une croupe (direction sud-ouest). A la jonction en T avec un nouveau sentier (abreuvoir), le suivre vers la droite jusqu'à une retenue d'eau.

3 – Monter dans l'herbe au-dessus de la réserve d'eau (2020 m), en visant le pied des falaises qui vous dominent. Après un plat puis une pente plus prononcée, retrouver une sente marquée, qu'il convient de suivre vers une zone d'éboulis, au pied des falaises. Le sentier passe au-dessus des gros blocs et grimpe à gauche la dernière pente donnant accès au col.

4 – Au col du Pourteillou (2238 m), descendre dans le vallon à droite sur une cinquantaine de mètres pour atteindre un petit plateau au pied de falaises et ouvrir ainsi le point de vue.

Le retour s'effectue par le même itinéraire.

Départ : Plateau de Saugué
Arrivée : Plateau de Saugué
Communes traversées : Gavarnie-Gèdre

Profil altimétrique


Recommandations

Conditions de praticabilité :
- Éviter les jours de brouillard, qui rend l'orientation très difficile.

- Enneigement tardif au printemps. Se reinseigner au préalable sur les conditions d'enneigement du moment.



Lieux de renseignement

Bureau d'Information Touristique de Gèdre

Place de la Bergère, 65120 GEDRE

https://www.valleesdegavarnie.com/ete/ma-destination/gavarnie-gedre

infotourisme@valleesdegavarnie.com

+33 (0)5 62 92 48 05

En savoir plus

Transport

Pas de tansports en commun pour atteindre le départ.

Accès routiers et parkings

Entre Luz-Saint-Sauveur et Gavarnie (D 921), 250 m après l'église de Gèdre, bifurquer à droite vers « Ayruès » et « Saussa » (pont). 500 m plus haut, tourner à gauche vers « Saussa » et le « plateau de Saugué ». Traverser les hameaux et monter sur la petite route abrupte qui rallie le plateau. Parking au bout du goudron (1636 m), après le gîte d'étape.

ATTENTION : axe routier fermé en hiver.
> Connaître l'état douverture des routes

Stationnement :

Plateau de Saugué

Accessibilité

Chien autorisé
Numéro de secours :
114

Source

Topo-guide « Lacs et sommets du Pays toy à pied® »

Signaler un problème ou une erreur

Vous avez repéré une erreur sur cette page ou constaté un problème lors de votre randonnée, signalez-les nous ici :